Les zones d’activités des Vallées du Clain  : lieux d’économie, lieux de vie

Pour être attractives, les zones d’activité économiques doivent aussi être des lieux où il fait bon vivre pour travailler. Les projets d’extension et de création vont de paire avec les aménagements paysagers.

Au bord des RN 10, RN 147 et D 741, les zones d’activités économiques de la Communauté de Communes des Vallées du Clain sont réparties sur seize communes. 111 entreprises y emploient plus de 250 salariés et puisque l’économie est une priorité sur le territoire, les élus axent leurs actions autour du développement de ces zones.

Moteurs de l’économie locale, les ZAE sont des lieux à vocation économique mais aussi des lieux de vie pour les salariés des entreprises ou encore de leurs clients. C’est avec cette préoccupation que les aménagements environnementaux vont de paire avec les travaux d’extension. « Avec nos compétences d’entretien et de gestion des zones d’activités, nous voulons privilégier le bien-être et la qualité dans le développement », décrit Gilbert Beaujanneau, président de la communauté de communes de la Vallée du Clain. Rond-point fleuris, aménagements paysagers, et même aire de pique-nique pour les salariés sont désormais envisagés, comme des critères d’attractivité des zones d’activités économiques. « Sur Anthyllis nous avons fait appel à un cabinet spécialisé et nous garderons ces bases pour nos futurs projets d’extension », assure Gilbert Beaujanneau qui prévoit, en lien avec la commission de développement économique et le club des entreprises du territoire « Entreprendre en Clain » une nouvelle signalétique , notamment, pour Anthyllis, dès cette année 2017.

Des aménagements qui ne font que contribuer au succès des ZAE du territoire. En fin d’année dernière, l’inauguration de l’extension de la ZA d’Anthyllis à Fleuré illustre la difficulté à répondre à la demande immobilière des entreprises et donc la nécessité d’aménager des espaces supplémentaires. Sur les 10 ha existants, l’extension en deux phases augmente ainsi le potentiel immobilier de 8 ha tout en préservant une réserve foncière de 8 ha supplémentaires pour des projets futurs. L’entreprise Jammet y a construit son nouveau siège social et la construction d’une plate-forme frigorifique est en projet. La ZAE de Fleuré serait d’ailleurs principalement tourné vers les industries de l’agro-alimentaire et la logistique. « Nous sommes auprès des entreprises pour trouver ou construire les locaux dont elles ont besoin. C’est le rôle de la collectivité. Avec Jammet, nous les accompagnons sous la forme d’un crédit-bail par exemple. » Et c’est toujours aux côtés d’un grand nom de l’industrie, la société Bacacier, que la collectivité prévoit par ailleurs l’extension de la ZAE du Val de Bocq sur la commune des Roches Prémaries avec une future zone baptisée l’Hérondière. Des projets d’extension sont enfin en cours pour les zones d’Iteuil et de Nieul-l’Espoir et des terrains sont aussi disponibles sur les communes de Smarves et la Villedieu du Clain tout comme à Vivonne ou Fleuré.

M. N. – info-eco.fr


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s