Etude d’équipement commercial  Département de l’Hérault

Après Ode, la production de mètres carrés de surface commerciale ne ralentit pas dans l’Hérault. Une course à l’abîme où la concurrence des grands centres commerciaux ne saurait faire oublier que la grande distribution alimentaire se bat aussi pour sa survie.

  • Depuis l’autorisation de Ode, le rythme ne ralentit pas. Il a même repris de plus belle

Après une année exceptionnelle marquée par l’autorisation de Ode en 2015 puis un fléchissement du nombre de mètres carrés autorisés, la tendance est repartie nettement à la hausse. Aucune tendance ne permet aujourd’hui de prédire un quelconque ralentissement.

Nombre de mètres carrés autorisés pour l’Hérault

CDAC 2015 24000 M2 autorisés hors ODE 61500 M2 : 85000 M2 ; CDAC 2016 8900 M2 autorisés ; CDAC 2017 14500 M2 autorisés ; CDAC 2018 39 000 M2 autorisés

  • La CDAC est plus que jamais une machine à dire oui

Le pourcentage de dossiers acceptés est un indicateur mais ce n’est pas forcément le plus révélateur. Un plus faible nombre de projets acceptés n’est pas forcément synonyme de tempérance en nombre de mètres carrés. Ainsi 2015 fut exceptionnelle non seulement en raison du nombre de m2 autorisés mais aussi du nombre de dossier refusés, sachant que la taille de Ode a certainement incité la Commission à être plus sélective cette année-là. Inversement, 2016 s’est caractérisée par une fort taux de dossiers acceptés mais un nombre de m2 autorisés relativement faible. En d’autres termes, mieux vaut se fier au nombre de dossiers et de mètres carrés qu’au pourcentage de dossiers acceptés.

Nombre de dossiers déposés et acceptés en CDAC pour l’Hérault

2015 Dossiers déposés : 27Dossiers acceptés : 23 / 2016 Dossiers déposés : 16 – Dossiers acceptés : 13 / 2017 Dossiers déposés : 21Dossiers acceptés : 16 / 2018 Dossiers déposés : 26 – Dossiers acceptés : 20

  • Les décisions de la CDAC sont le plus souvent confirmées en cas de recours 

Les décisions de la CDAC peuvent faire l’objet d’un recours en CNAC, de même que les décisions de la CNAC peuvent faire l’objet d’un recours en cour administrative d’appel. Un tiers des dossiers soumis en 2015 et plus de la moitié en 2016 font l’objet d’un recours en CNAC qui confirme majoritairement les autorisations. Et sur ces recours en CNAC, un tiers en 2015 et plus de la moitié en 2016 font à leur tour l’objet d’un recours devant la cour administrative d’appel.  En deux ans, quatre gros dossiers font ainsi l’objet d’une bataille juridique : Ode à Montpellier et l’extension Intermarché à Villeneuve-les-Maguelone en 2015, L’Oppidum Intermarché à Béziers et DECATHLON à Villeneuve les Béziers en 2016. En 2017 et 2018 la proportion de recours en CNAC diminue fortement et aucun recours en cour administrative d’appel n’est effectué.

2015 Recours en CNAC : 10/27 dossiers déposés 6 autorisations confirmées ; 3 projets refusés ; 1 dossier retiré Recours en cours administrative d’appel : 3/9 recours CNAC 3 autorisations confirmées

2016 Recours en CNAC : 7/16 dossiers déposés 4 autorisations confirmées ; 3 projets refusés Recours en cours administrative d’appel : 5/7 recours CNAC 2 autorisations confirmées ; 3 recours enregistrés

2017 Recours en CNAC : 3/21 dossiers déposés 2 projets refusés ; 1 dossier retiré Recours en cours administrative d’appel : 0/3 recours CNAC

2018 Recours en CNAC : 9/26 4 autorisations confirmées ; 2 projets refusés ; 3 recours enregistrés Recours en cours administrative d’appel : 0/9 recours CNAC

  • Les créations de surfaces commerciales l’emportent sur les extensions mais cela pourrait changer

Concernant la nature des opérations, le nombre de créations domine nettement par rapport aux extensions : 52 dossiers autorisés contre 23. Mais cette proportion pourrait s’inverser dans les prochaines années..

Dossiers acceptés en CDAC pour l’Hérault : créations et extensions

2015 11 Créations et 12 Extensions 2016 10 Créations et 3 Extensions 2017 14 Créations   et 2 Extensions 2018 10 Créations et 10 Extensions

  • La concurrence fait rage à tous les étages

Une concurrence exacerbée a conduit Odysseum à demander et obtenir une extension de 13 000 m2 pour anticiper l’ouverture de Ode. Klepierre, propriétaire de Odysseum, a par ailleurs convaincu Primark de venir dans son centre plutôt que chez Ode.

Cette guerre se retrouve au niveau de la grande distribution.

Intégralité du rapport sur demande


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s