Quand les promoteurs de zones commerciales se posent en victimes

Et si la meilleure façon de se défendre était de se poser en victime ? Après tout, plus la ficelle est grosse, plus ça peut marcher non ?

Dans une tribune publiée par les Echos, les zones commerciales de périphérie – représentées par le Conseil National des Centres Commerciaux (CNCC) et par PROCOS – Fédération pour la promotion du commerce spécialisé – se font passer pour de pauvres petites commerçants victimes des méchantes entreprises américaines du e-commerce.

Les pauvres… Ca ne les empêche pas, en tout cas, de multiplier les nouveaux projets…

En fait, si c’est pas de la com’, ça y ressemble beaucoup.

Histoire de rester malgré tout crédibles, Antoine Frey – qui vient tout juste d’artificialiser quelques hectares au nord d’Amiens – se fait remplacer par Jacques Ehrmann tandis que Régis Schultz du Groupe Casino s’efface opportunément derrière Pimont Christian, moins connu.

Crier au loup pour supplier les élus de laisser les zones se développer : la manoeuvre ne fait pas dans la finesse et a de quoi laisser dubitatif.

Car, après tout, on ne voit pas pourquoi il ne serait pas possible d’arrêter l’artificialisation des terres agricoles par les zones commerciales et taxer en même temps les géants du numérique…


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s